SPECIALISATION DANS L’IMPRESSION NUMERIQUE ROULEAUX

Étude de cas : Typographica GmbH

La branche de l’imprimerie se trouve en constante évolution. Ceci vaut spécialement pour l’impression d’étiquettes. Étant donné que la technologie fournit aujourd’hui beaucoup plus de possibilités qu’il y a dix ans, les exigences de qualité dans l’industrie d’emballage augmentent bien évidemment aussi. Quand on veut s’affirmer face à la concurrence, il ne faut pas seulement évaluer avec le temps, mais développer de nouvelles idées, se spécialiser et occuper des niches. Justement une recommandation pour les petits prestataires qui autrement n’ont peu de chance d’exister à côté des grands fournisseurs riches en capitaux. Un exemple qui montre que cela peut fonctionner est celui de l’entreprise familiale Typographica de Pulheim près de Cologne, dirigée par les propriétaires.

typographica_tensioner

typographica labels

Il y a 25 ans, Peter Datum s’est décidé de devenir fournisseur outsourcing dans le secteur de l’imprimerie et a fondé la société Typographica GmbH. Il est rejoint en 1994 par son fils Oliver Datum qui fait une réorganisation complète de l’entreprise. Jusqu’au début 2010, on s’est principalement consacré aux maquettes d’impression. Les clients venaient principalement de l’industrie chimique et du secteur pharmaceutique. Cependant, les nouvelles techniques et machines ont eu pour effet que presque plus aucun client n’avait encore besoin des films utilisés jusqu’à présent.

« Cela était également la raison pour réfléchir quel pourrait être le besoin de nos clients – outre l’industrie de l’emballage mais aussi les grandes imprimeries.  Nous avons vite compris qu’il doit y avoir une possibilité de fournir des étiquettes finies en fonction de leur quantité plus rapidement, moins onéreux et en meilleure qualité », explique Peter Datum les changements dans sa branche. La solution : Impression numérique rouleaux. Les Datum ont commencé à chercher une technique correspondante et ont découvert pendant leur recherche la presse digitale d’étiquettes CX1200e, que Primera Technology venait de mettre sur le marché.

L’appareil répondait aux exigences essentielles

Des commandes de plusieurs centaines et/ou milliers d’étiquettes devraient pouvoir être traitées sans aucune opération manuelle. En même temps, la machine devait également être en mesure de traiter des quantités plus petites prenant en compte l’aspect économique. La qualité d’impression jouait un rôle essentiel. La CX1200e imprime en couleur et grâce à la haute résolution jusqu’à 2 400 dpi, des dégradés? fins ainsi que des options texte et graphique plus nettes sont atteints.

Exemple :
« Le secteur cosmétique a de très hautes exigences concernant l’apparence physique. » Certaines de nos étiquettes fabriquées sont présentées à la télévision dans le cadre de la publicité. A l’aide du nouvel appareil, nous pouvons répondre sans problème aux exigences », ajoute le chef junior Oliver Datum.

Exigences croissantes satisfaites

En utilisant le procédé numérique d’impression à laser, la CX1200e traite – en fonction des paramètres de qualité – jusqu’à cinq mètres de matériau d’étiquettes par minute. Les cartouches de toner fonctionnent de manière économe : Elles disposent d’une capacité d’impression de 4600 mètres avec une largeur de tissage de 216 millimètres (calculée pour une densité de toner de 20 pour cent). « Nous avons maintenant la possibilité d’imprimer des formats d’étiquettes plus longs. Nous parlons ici de plus de 1 000 millimètres – et ceci sur rouleau ! En Allemagne, il n’y a aucune autre machine qui est capable de cela », raconte Oliver Datum. Le système d’enroulement et de serrage sophistiqué exerce automatiquement la bonne pression de tension sur le rouleau avec les étiquettes déjà complètement imprimées. Cela a pour conséquence que la procédure fastidieuse de l’enroulement du rouleau n’existe tout simplement plus. Un outil de logiciel qui, lors des impressions d’essai, calcule les coûts par étiquette est un avantage. « Grâce à cela, nous avons atteint une sécurité de calcul qui jusqu’à présent n’était pas si facile à représenter », explique Peter Datum. La CX1200e prouve sa flexibilité au niveau du matériau : L’utilisateur peut choisir librement parmi le papier pour impression à laser, le polyester blanc et transparent et le vinyle – respectivement selon les nuances mat, satiné ou brillant.

typographica fx1200e

Avec le système de finition complet (Finisher)

Peu de temps après la presse digitale d’étiquettes, Primera présentait avec la FX1200e aussi le dénommé
système de finition (Finisher). « Avec cela, le fabricant a mis à notre disposition une ligne de production complète, allant de l’impression au revêtement, découpe, enroulement voire recyclage automatique en passant par la finition. » Les deux appareils sont parfaitement compatibles », constate Oliver Datum. La dénommée technologie QuadraCut, dont le brevet a été déposé, se charge de l’échenillage propre des étiquettes finies. Au bout d’une minute, environ 6,10 m sur le rouleau d’étiquettes sont découpés. Lors de la séparation, quatre lames d’acier en carbure de tungstène travaillent en même temps ce qui augmente le débit de manière drastique par rapport aux machines fonctionnant uniquement avec une seule lame. Grâce au matériau utilisé, Typographica ne doit plus faire fabriquer des têtes de découpe à part ni les remplacer. Ainsi, des arrêts de la production peuvent être évités. La FX1200e enroule immédiatement les bordures séparées des étiquettes, de sorte que le recyclage des déchets ne pose pas de problème. « Un avantage particulier du système de finition est que nous pouvons découper une forme quelconque d’étiquettes, même avec des encoches » continue Oliver Datum. Un grand champ d’utilisation se trouve ici également dans l’industrie chimique où les fabricants et distributeurs de produits chimiques ainsi que les prestataires de services d’emballage doivent respecter le nouveau règlement SHG et coller sur les produits des pictogrammes de danger de conception complètement nouvelle.

L’annonce de l’offre spéciale se répand

Depuis la mise en service de la solution CX-FX, le secteur de l’imprimerie représente déjà environ quarante pour cent de tous les processus dans l’entreprise. Outre les entreprises pharmaceutiques et chimiques ainsi que les fabricants de cosmétiques, des producteurs de compléments alimentaires ainsi que des imprimeries de plus grande taille font désormais partie des donneurs d’ordre.
« A l’aide des deux appareils Primera, nous avons défini un nouveau domaine d’activité afin que notre portefeuille s’élargisse et occupe avec grand succès une niche », explique le senior.
Bien évidemment, outre les considérations qualitatives, celles relatives à la gestion sont également à prendre en compte.
« Les machines à imprimer classiques par exemple ont besoin d’une certaine quantité d’étiquettes, quasi pour s’échauffer ce qui n’est pas le cas avec la presse digitale rouleaux »
Si un client a besoin de 100 étiquettes, je dois malgré tout en produire 500 avec le procédé classique. La CX1200e est cependant capable de produire une seule étiquette sans déchets et sans pertes financières », voilà le calcul de Peter Datum. Du point de vue de la gestion d’entreprise, les facteurs décisifs sont la taille et la conception de chaque étiquette – et ceci par rapport à la quantité. A cela s’ajoute les coûts en temps et en main d’œuvre. Ici, les avantages de la FX1200e se montrent nettement, car les étiquettes sont coupées automatiquement. Lors de quantités jusqu’à 10 000 pièces, Typographica est selon ses propres indications également plus rapide que d’autres entreprises qui misent sur les procédés d’impression standard. On était également enthousiasmé ici par rapport aux frais d’achat relativement bas pour les deux appareils. Au niveau de l’assistance de la part de Primera et One Point, partenaire commercial du fabricant, les responsables chez Typographica sont également très satisfaits.
Selon ses propres indications, Typographica s’est entre-temps fait un nom avec ces prestations de services spécialisées. Le chiffre d’affaires a déjà pu être augmenté d’env. dix pour cent. C’est la raison pour laquelle au cours de cette année, encore plus de clients doivent être conquis. Pour ce faire, père et fils réfléchissent déjà sur l’achat d’un deuxième système de finition.